Ça y est, après avoir mis le projet PMA en standby pendant deux mois (le temps de lancer l’administratif auprès de ma mutuelle qui doit se dire que je suis une très mauvaise cliente, je leur coûte beaucoup d’argent et de partir voyager avec mon amoureux), on commence ENFIN la FIV. C’est drôle comme au début tout parait si effrayant. “Alors voilà le stylo pour faire les injections, bla-bla-bla“. Je me vois encore regarder l’infirmière m’expliquer avec soin le procédé pour me piquer. Moi, en panique, me disant que je n’y arriverais jamais.

La première piqûre arrive. 19h, c’est l’heure. Je me prépare un apéro avec mon amoureux, petit verre de vin oblige. Faut bien que je me détende un coup. Je me lave les mains, je désinfecte la peau de mon ventre. J’enfonce la fiole dans le stylo. Jusque là tout va bien. J’insère l’aiguille (toujours cachée par le capuchon). Je tourne pour avoir la bonne dose (125). Allez GO. C’est celaaaaaaa oui. Non pas GO. En fait on va laisser ça de côté hein. Faites tout ça sans moi, je reste ici.

Je me dis que je vais me piquer moi-même. L’infirmière m’a dit que c’ets mieux de le faire soi-même, on a un meilleur angle, on gère mieux la piqûre. Alors je m’assieds sur mon coussin de méditation (tiens au moins il sert à quelque chose finalement… Vous aussi vous êtes du genre à vous être lancée dans le projet de la pleine conscience pour l’abandonner après deux séances?). Je tremble. Mon amoureux à côté qui me dit vas-y, réfléchis pas. Je commence à pleurer “non vraiment j’y arrive pas.“ Lui qui me répond « Alors je le fais, fais-moi confiance, tu n’auras pas mal, ferme les yeux.“

Et puis merde. J’ai envie d’y arriver comme une grande, un peu de fierté ça n’a pas de prix. Je décide de changer de tactique. Je vais dans la salle de bains avec ma seringue et mon verre de vin (duo gagnant, croyez-moi). Je m’assieds sur le bord de la baignoire. Je prends mon ventre, je le compresse fort fort fort. Je prends un essuie et je le mets dans ma bouche (le ridicule ne tue pas). J’allume Spotify et je mets la chanson “Is that all right“ du film Shallow (une petite pépite). J’ai encore un peu les larmes aux yeux. Et les minutes passent (il est déjà 19h25). “Allez go“. Je décide de fermer les yeux pour enfoncer l’aiguille dans ma peau. Miracle. J’y arrive. Je suis étonnée. Je ne sens pas grand chose. J’appuie sur l’embout pour laisser échapper le produit (indolore). Tout ça pour ça. Je sors victorieuse de la salle de bains, ma seringue à la main « I did iiiiit“.

Câlin, bisou avec mon amoureux “Tellement fier de toi“.

Pour le coup, moi aussi.

Le lendemain, j’ai mis deux minutes pour me piquer.

Le surlendemain, une minute.

FIV – Emilie: 0-1

Ce bébé, je l’aurai, et ce n’est pas des petites aiguilles qui me feront peur. FIVement le nôtre

Vous pouvez également aimer :

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *